Exposition du 30 novembre 2019 au 30 janvier 2020

Dans ce parcours immersif, les jeunes visiteurs iront à la rencontre du fleuve Sénégal, depuis sa naissance dans le Fouta Djalon, jusqu’à son arrivée dans l’océan à Saint-Louis. En remontant son cours, ils partiront à la découverte de son chemin, de ses légendes, de ses peuples, de ses chants. Le parcours invite les enfants à découvrir les secrets du fleuve à travers des installations visuelles et sonores interactives. Ils devront découvrir comment le préserver en retrouvant Mami wata, la déesse des eaux, gardienne du fleuve.

Les installations présentées sont le résultat de 2 mois d’ateliers artistiques, poétiques et scientifiques sur le thème du fleuve Sénégal, avec les enfants de la communauté de Yoff. L’exposition « Les Voi(x)es du fleuve » s’intègre dans le programme de l’année de Kër ImagiNation : Mouvement et Migration.Dans ce vaste programme éducatif, les enfants questionnent toutes formes de mouvement, de l’infiniment petit des cellules, jusqu’à l’infiniment grand de la danse des planètes.

EXPOSITION DU 18 MAI AU 29 JUIN 2019

Au cours du dernier mois, nous avons travaillé à transformer Kër ImagiNation en un monde sous-marin. Grâce à nos programmes du samedi et au récent Camp de vacances, les enfants ont étudié ce qui vit sous l’eau, comment fonctionnent les océans, l’impact de la pollution, les métiers de la mer et l’importance de l’eau dans notre vie quotidienne. Nous avons visité les communautés locales pour découvrir les mythes et les secrets de la mer autour de Yoff et revenir avec pleins de faits intéressants et de connaissances ! Nous avons incorporé ces explorations des enfants dans une exposition interactive.

La ville par ses enfants citoyens

Carole Diop, Ibrahima Pouye

Exposition du 3 au 16 décembre 2018

Cette exposition multimédia (son, vidéo et espaces de jeux) invitera les visiteurs (enfants et adultes) à vivre une expérience de Dakar du point de vue des enfants. Cette exposition sera une combinaison d’espaces de jeux, de vidéos et de sons, permettant aux enfants (et aux adultes) de réfléchir sur les sonorités, les formes et les espaces à Dakar. La première salle d’exposition présentera les résultats d’une période de deux mois d’ateliers avec les enfants de Yoff, s’engageant dans des enquêtes critiques sur leur ville et leur quartier en utilisant la vidéo et la photographie comme supports principaux.

Les visiteurs sont également invités à vivre une expérience immersive en regardant Dakar du point de vue de l’enfant en utilisant des périscopes créés par des enfants. Au coeur de la deuxième salle d’exposition, les visiteurs pourront visualiser dans cet espace, trois courtes vidéos produites par des jeunes de Tambacounda, Kédougou et Kolda explorant l’identité et la culture dans le cadre du projet Men Na Nekk.

Vernissage le samedi 8 à 11h.
Espace ouvert du lundi au samedi de 10h à 17h.

Allant sur les nouvelles locales, marchant dans les rues de Dakar, je me rappelle de ce que nos vies ressemblent à cause d’un manque d’imagination. Je vois souvent l’état désespéré des choses – la catastrophe environnementale, le manque d’infrastructure significative et ensuite comme si en réponse à la frénésie de la construction non réglementée. Marcher à travers ces espaces, il est difficile de voir cette ville, ce pays autrement.

Mais si je suis comme un enfant, littéralement propulsé par l’imagination et le jeu, j’ai les ressources pour croire et voir différemment.

Pensez à un enfant qui a presque deux ans, pas encore debout sur ses pieds, croyant qu’il peut marcher. Voulant mettre un pied devant l’autre pour non seulement marcher mais aussi courir avant que ses jambes ne soient prêtes.

Le jeu fonctionne sur l’idée que croire c’est voir. Les enfants croient en une idée (je suis un footballeur, ou un monstre, ou un chanteur ou un artiste) et ils plient le monde, ne serait-ce que momentanément, pour correspondre à cette croyance. La magie de leur imagination développe en eux une capacité à faire de ce qu’ils croient devenir, leur réalité. Croire littéralement peut être comme ils voient le monde.

C’est pourquoi le jeu est si important pour les enfants en général, mais les enfants africains en particulier. Développer cette estime de soi, la confiance en soi et la résilience sont certainement des qualités nécessaires pour ce nouvel avenir courageux. Maintenant, ajoutez la résolution de problèmes («comment puis-je descendre les escaliers? Aha .. je sais … assis!»). La pensée créative, l’hypothèse, les tests et nous pouvons imaginer et croire en une Afrique dirigée par des scientifiques, des artistes et des mathématiciens.

Le jeu développe et construit non seulement ces compétences et capacités des enfants, mais les prépare également à devenir de meilleurs leaders à l’âge adulte. Imaginez-nous tous avec la superpuissance de ce petit enfant!

Que verrez-vous?